Sur la non-mixité en milieu militant : atelier-débat

Mercredi 15 novembre, Les Salopettes ont organisé à l’ENS un atelier-débat autour du thème de la non-mixité en milieu militant (féministe surtout, mais pas que !). L’atelier s’est ouvert sur une présentation théorique et historique de Léa Védie, doctorante en philosophie politique à l’ENS de Lyon. Ce qui suit est notre prise de notes de son intervention.

Le bureau restreint des Salopettes est non-mixte* depuis cette année, ce qui a été une source d’incompréhension à l’école. Le but de cette présentation n’est pas tant de reprendre les objections à la non-mixité et d’y répondre que de reprendre l’histoire de la non-mixité féministe. Voir notamment comment s’articule cette non-mixité avec les autres non-mixités. Mutation de la non-mixité féministe dans les années 1990-2000 autour des questions de genre ont amené les féministes à repenser leur pratique de la non-mixité.

Il faut faire la distinction entre deux types de pratique : non-mixité et séparatisme. La non-mixité n’est pas le séparatisme.

Le séparatisme est revendiqué par différents mouvements militants : principe selon lequel le groupe opprimé devrait vivre séparément du groupe qui l’opprime. Dans les mouvements féministes il a pris la forme entre autres du séparatisme lesbien, qui prône le lesbianisme comme mouvement politique, moyen de se séparer radicalement des hommes et de se délivrer du sexisme.

Cette idée est très différente de la non-mixité : une séparation qui n’est pas totale mais partielle, considérée plutôt comme un outil que comme un principe. Il faudrait ménager dans la lutte certains espaces qui permettent à certain·es membres d’un groupe qui subit une oppression de se réunir entre elleux. Cet outil est utilisé par les mouvements féministes depuis années 70. Ils ont en commun le fait de prôner cette non-mixité comme quelque chose de symbolique de leur mouvement.

C’est surtout une pratique emblématique des mouvements féministes depuis la 2e vague féministe, mouvements de type MLF (Mouvement de Libération des Femmes), autour du slogan « Le personnel est politique », critique les limites de luttes qui revendiquent uniquement l’accès aux femmes des droits, pour réclamer un changement beaucoup plus profond. Cette pratique est emblématique d’un féministe radical, mais elle n’apparaît pas ex nihilo.

« Le personnel est politique. »

C’est quelque chose de déjà pratiqué avant par le féminisme 1ère vague, un féminisme de lutte pour l’accès à des droits politiques et des droits civiques. Il apparaît comme un choix stratégique possible au sein des organisations. Il y avait certains événements non-mixtes, d’autres mixtes mais avec des mesures restrictives pour les hommes cis (cotisation plus chère, pas d’accès aux postes dirigeants).

  • En fait contexte très fort de privation des droits pour les femmes : sont par plein d’aspects dépendantes des hommes (posséder un journal, voter une loi à l’assemblée par exemple leur est impossible). Elles sont donc contraintes de faire du lobbying auprès d’hommes pro-féministes.
  • Emblématique d’un féminisme radical, entend changer en profondeur les structures de la société. Féminisme qui s’attaque à tout un ensemble d’oppressions avec une ambition révolutionnaire.

La non-mixité n’est alors pas du tout un marqueur entre féminisme réformiste et féminisme radical. Radical = prône une révolution des mœurs à travers l’abolition du mariage, le contrôle des naissances… Souvent mixte mais ont parfois des discours extrêmement misandres (ex : Madeleine Pelletier). Militantes très isolées politiquement : très peu soutenues, donc n’avaient pas forcément les moyens ni les possibilités de créer des gros groupes de femmes pour militer entre elles.

Cela change à partir du MLF dans les années 70, la non-mixité devient cohérente avec une radicalité de son projet politique, une radicalité du projet révolutionnaire. Slogan du MLF : « Changer la vie, ici et maintenant ». Il y a désormais continuité entre non-mixité et radicalité politique. C’est le mouvement le plus emblématique de cette période et qui symboliquement et politiquement reste la référence de l’époque.

« Changer la vie, ici et maintenant. »

Printemps 1970 : première grande AG en non-mixité à Vincennes, qui donne naissance à ce qu’on appellera ensuite le MLF. Se pense en termes de révolution : on veut un changement radical de l’ordre établi, réinvention de la société de 0 pour supprimer tout ce qui est exploitation domestique, viol… Révolutionnaire au sens où doit pouvoir changer la manière dont on vit, à la fois de manière immédiate (vie maintenant) et dans toute la dimension famille, parentalité.

S’oppose à 2 choses :

  • Féminisme réformiste, qui se contente de militer pour l’obtention de droits. Objection du MLF : la structure sociale reste la même
  • Révolution telle que la prônent les organisations marxistes révolutionnaires. Ce n’est pas le cas du MLF : analyse du pouvoir comme quelque chose de diffus, présent dans toutes les interactions qu’on peut avoir avec les autres.

Le MLF est en fait une nébuleuse d’un ensemble de petites organisations peu centralisées. Il n’y a pas vraiment d’unité du mouvement, mais des pratiques qui se retrouvent d’un groupe à l’autre. AGs : les femmes décident d’organiser collectivement des actions. En parallèle de ces AG, groupes de parole non-mixtes, aussi appelés groupes de conscientisation : il s’agit de parler de son expérience, des expériences qui ont trait à l’intime, au quotidien. Le mouvement de libération de la femme est très critique envers le marxisme, trotskisme, critiquent leur caractère doctrinal, leur côté abstrait. Veulent y substituer des choses qui ont trait au concret et à l’expérience personnelles

Deux objectifs des groupes de parole

  • Forger des solidarités féminines, entre les femmes en tant que femmes, invention d’une sororité, désigne une solidarité politique entre les femmes (féminisation de fraternité). Développement d’une conscience de classe sur le genre, réclament le passage du sexe en soi au sexe pour soi. Modèle marxiste de la conscience de classe avec comme enjeu de dépasser l’isolement des femmes dans les foyers (Beauvoir).
  • Découvrir ce que l’expérience a de partagé = prendre conscience que beaucoup de nos sentiments négatifs ne sont pas des données d’ordre personnel mais la manifestation d’une condition commune, d’une situation partagée. Propre au MLF et au Black Feminism : au début pensaient qu’elles étaient folles, maintenant elles savent ce qui se passe. Remise en cause d’une conception traditionnelle du politique pouvant s’appliquer à certaines sphères et pas à d’autres. En fait l’intime est l’endroit où une grande partie de l’oppression s’exerce, où le plus de violence s’exerce, donc il faut penser l’expérience personnelle comme une expérience partagée. Important dans les discours des féministes de la 2e vague et dans la manière dont elles vont parler de la non-mixité.

A travers la génération du MLF, deux fonctions de la non-mixité qui se dégagent mais pas forcément pensées comme étant distinctes par les militantes.

  • Chercher à créer une bienveillance a priori, une bienveillance mutuelle sous-tendue par cette idée de sororité. Correspond à l’espace safe aujourd’hui. Conçue comme une condition structurelle pour atteindre cette bienveillance mutuelle a priori
  • Rechercher une autonomie collective des femmes : décider de leurs propres modalités d’émancipation. Deux idées derrière :
    • « Ne me libérez pas, je m’en charge » : sortir du statut de minorité au sens juridique des femmes, attaché à la condition des femmes
    • Seules celles qui ont un intérêt direct à leur libération peuvent agir en vue de leur libération.

 

* la non-mixité du bureau restreint signifie qu’il est fermé aux hommes cis. Cette décision a été votée lors de l’AG de rentrée 2017.

 

Débat / questions

Autour de la non-mixité et de ce que c’est exactement (ex des Alcooliques Anonymes : peut-on parler de non-mixité ?)

« Comment les mouvements intègrent les problématiques de genre (transidentité) ? »

Retour sur la comparaison avec les Alcooliques Anonymes

« C’est les exclu·es qui excluent » : remarque sur cette potentielle volonté d’exclure les gen.tes qui excluent le reste du temps.

Remarque sur les féministes différentialistes : n’est-ce pas le risque que de tomber dans l’essentialisme ?

Question : « Expériences de groupes non-mixtes hors Europe et U.E ? » Interrogation sur l’effet maternant de groupes féministes occidentaux sur les groupes de femmes des pays colonisés. Intersectionnalité. Exemples d’utilisation purement politique de la non-mixité, pas seulement en milieu féministe.

Question : « Dire que les hommes féministes n’existent pas fait partie de la non-mixité ? » Distinction parfois soulevée entre féministe et pro-féministe. Débat sur le fait que les hommes cis subissent les retombées du sexisme (notamment autour du terme d’oppression).

Sur le sujet des femmes de catégorie populaires : interrogation sur le sens de la question. Ex : comment les femmes peuvent parler d’un sujet de manière égale malgré les catégories sociales différentes.

Expériences de non-mixité ? Accord sur le mot « jubilation » par plusieurs participantes. Une autre personne soulève des enjeux plus graves que la jubilation : témoignage sur une association de femmes victimes de violences conjugales, il semble qu’il y ait des espaces où la non-mixité soit nécessaire, question de survie (cas d’attouchement). Remarque sur la nécessité par exemple des groupes de parole trans. Mais n’empêche pas l’organisation de réunions pour les proches.

Concept d’auto-défense : pouvoir agir ou réagir. Prise de conscience de la possibilité d’agir.

Remarque : tension entre homme en tant que groupe social et homme en tant qu’individu.

Complémentarité des deux types d’espaces, mixtes et non-mixtes.

 

Merci à tou·tes les participant·es !

Pour plus de références théoriques sur le sujet, nous vous renvoyons ici.

 

Publicités

Lettre d’agrégatifs⋅ves de Lettres modernes et classiques aux jurys des concours de recrutement du secondaire

Nous partageons sur ce blog une lettre ouverte adressée par des agrégatifs⋅ves de Lettres classiques et des Lettres modernes aux jurys des concours. Nous soutenons cette initiative, qui rejoint les réflexions partagées l’an dernier lors de l’atelier co-organisé par les Salopettes sur l’enseignement des textes représentant des violences sexuelles.

⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

À l’attention des membres des jurys des concours de l’enseignement secondaire en Lettres modernes et classiques,

Étudiant⋅e⋅s en préparation du concours des agrégations externes de Lettres modernes et classiques, nous sommes nombreux⋅ses à avoir été interpellé⋅e⋅s et dérangé⋅e⋅s par un poème figurant dans le recueil des Poésies d’André Chénier. En effet, nous nous sommes rendu compte que le poème « L’Oaristys », que nous avions immédiatement identifié comme la représentation d’une scène de viol, était couramment interprété au prisme d’une « convention littéraire » qui évacue cet aspect et, par-là, toute interrogation sur le sujet. Après l’avoir évoqué et commenté en classe, il nous a semblé indispensable de bénéficier d’une clarification concernant ce type de textes mettant en scène des violences sexuelles, notamment dans le cadre de l’exercice de l’explication de texte. Ce questionnement peut également être élargi aux nombreux textes présentant des discours idéologiques oppressifs (racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie, etc.) dans le cadre d’une réception contemporaine. C’est pourquoi nous nous tournons vers vous : nous souhaiterions une réponse claire et définitive sur l’attitude à adopter et le vocabulaire à utiliser pour décrire ces textes.

Nous avons conscience de la dissociation traditionnellement exigée dans le cadre d’exercices littéraires académiques entre une posture critique vis-à-vis du texte en question et des représentations qui le caractérisent, et une posture de stricte analyse littéraire, qui cherche à éviter tout anachronisme (cet argument a ainsi été avancé lors d’un cours d’agrégation sur Chénier pour refuser le terme « viol »). Nous souhaiterions néanmoins revenir sur cette exigence, qui nous semble discutable à deux égards :

1. Dans quelle mesure l’usage d’un vocabulaire descriptif communément admis aujourd’hui contreviendrait-il à la tenue d’une explication qui replacerait le texte dans son contexte esthétique et idéologique ? En d’autres mots, en quoi parler de « viol » relèverait de l’anachronisme si l’explication en question replace le texte dans son contexte tout en assumant une terminologie et des outils propres à sa réception contemporaine ?

2. L’agrégation est un concours qui recrute des professeur⋅e⋅s pour l’enseignement secondaire. En dehors de la question de l’anachronisme, il nous semble important d’être préparé⋅e⋅s à commenter ce genre de textes devant un public jeune et non averti. Il sera de notre responsabilité, en tant que futur⋅e⋅s professeur⋅e⋅s, de ne pas perpétuer implicitement une culture du viol (1).

Notre interrogation s’appuie également sur des rapports de jury dont les attentes semblent varier selon les années, les textes et les concours. Ainsi, le rapport de 2016 concernant l’épreuve orale de commentaire d’un texte de littérature ancienne ou moderne de l’agrégation externe de Lettres modernes se terminait ainsi :

Pour terminer sur un sujet qui fâche, on remarque avec une certaine anxiété la frilosité des candidats face à un texte qui n’est pas sans poser quelques problèmes. Ainsi, tel candidat interrogé sur les pages 198-205 du livre de Durrell a-t-il étrangement passé sous silence la phrase suivante : « À présent, cet ensemble cohérent de croyances et de comportements était mis en péril par les chrétiens et par les juifs – fanatiques intrigants, assoiffés du pouvoir dont l’or était le symbole, on peut y ajouter un goût infaillible pour l’artifice partout où il était facteur de gain : le moulin à sous de l’esprit juif supplantant le moulin à prières des chrétiens dont les partisans de Jésus faisaient la promotion. » (p.203) Face à cet étrange silence, nous avons demandé au candidat s’il pouvait commenter l’expression « moulin à sous de l’esprit juif ». Jamais, dans les réponses successives qu’il nous a données, le candidat n’a suggéré que Lawrence Durrell réemployait ici un cliché antisémite. Cela nous a laissés d’autant plus pantois que le commentaire d’ensemble du candidat était d’un niveau convenable. Est-il donc interdit de lire le texte tel qu’il est écrit et d’identifier les schémas idéologiques reconduits par l’auteur ? Le plus grave n’est pas que le texte de Durrell comporte des propos antisémites, mais que les candidats n’osent pas le dire, laissant entendre par là qu’ils ne les voient pas, ce qui, convenons-en, serait encore plus inquiétant. Il est bien évident que le commentaire se doit non seulement d’identifier de tels fragments de discours mais de montrer quel rôle ils jouent dans le texte. L’analyse littéraire a le dernier mot. (2)

Les passages que nous soulignons dans ce rapport de jury nous apparaissent comme la définition de l’attitude à adopter face à un texte littéraire dont le discours idéologique pose un problème évident. Qu’en est-il cependant des textes, comme le poème de Chénier évoqué plus haut, représentant des violences sexuelles, fondés quoi qu’on en dise sur des discours sexistes communément partagés ? Le rapport de jury de 2004 du concours d’entrée à l’ENS de Lyon nous semble de ce point de vue exemplaire d’un malaise lorsqu’il s’agit d’évoquer ces questions :

[…] ainsi l’indignation est déplacée devant les « viols » et autres « aventures de carrosse », quand on sait que l’évanouissement et la prétendue abdication de toute volonté sont les ressources habituelles des libertines pour ne paraître céder qu’à la force ; il s’agit de sauvegarder leur « honneur », ou du moins les apparences, en des situations qu’elles ont largement contribué à créer. Que la participation des femmes à ces jeux où elles sont toujours perdantes au regard de la société soit problématique, on le reconnaîtra volontiers ; mais ni Cidalise, ni Célie, ni Julie (dont le goût pour la science paraît moins grand que l’art de la provocation, sauf à la croire d’une rare stupidité) ne peuvent vraiment apparaître comme des victimes. Mais quoi qu’il en soit, réfléchir sur une telle question ne constitue en aucun cas le fin mot d’une « composition française », exercice fondamentalement littéraire. (3)

L’exigence de la dissociation entre discours littéraire et critique est ici clairement mise en avant pour disqualifier l’appellation de viol. Faut-il en conclure que la littérature doit se comprendre, se lire et se commenter indépendamment des discours idéologiques qu’elle véhicule ? La « convention » est-elle une donnée absolue et impossible à interroger et à problématiser ? Faut-il nécessairement euphémiser le sens littéral d’un texte pour ne pas paraître « s’indigner » et s’inscrire dans une démarche d’explication littéraire et de contextualisation ? Bien évidemment, il ne s’agirait pas pour autant d’évacuer le contexte qui modèle la production littéraire mais plutôt de souligner également l’importance de la réception contemporaine du texte.

Face à cette contradiction au niveau des attentes des jurys de concours, nous nous sommes interrogé⋅e⋅s sur quelques aspects :

1. Il existe bien sûr un décalage temporel entre ces deux rapports (2004/2016), pouvant indiquer une évolution dans les attentes de certains jurys. De surcroît, il ne s’agit pas du même concours. Mais force est de constater que le discours tenu dans le rapport de 2004 sur la dissociation attendue entre deux types de critiques (littéraire et sociale) persiste encore aujourd’hui. Au contraire, le rapport de 2016 met en avant leur complémentarité voire leur caractère indissociable. Pourtant, ce même rapport, s’il n’évoque jamais l’attitude des étudiant⋅e⋅s face aux violences sexuelles présentes dans les œuvres au programme cette année-là (4) , préfère au terme « viol » une série d’euphémismes pour décrire le sonnet 20 des Amours de Ronsard (longuement commenté) dans la partie consacrée à l’épreuve écrite de littérature française : « l’amant souhaite se transformer, à l’instar de Jupiter, en pluie d’or et en taureau, puis en Narcisse, pour séduire Cassandre » ou bien « si le sujet amoureux se contentait de se rêver métamorphosé en pluie d’or pour féconder Cassandre-Danaë, sa métamorphose serait, à l’instar de celle de Jupiter, une simple ruse pour accéder à la dame — la métamorphose serait “au service de l’amour” » (5).

2. De plus, il semble y avoir une différence de traitement entre des textes du 20e siècle et des textes plus anciens – et principalement des textes d’Ancien Régime. Nous nous interrogeons sur cette différence : relève-t-elle d’une distinction entre des textes plus ou moins canoniques ? Dans ce cas, en quoi des textes plus récents seraient-ils davantage exposés à une critique idéologique et sociale ?

3. Enfin, nous remarquons que s’il est communément admis aujourd’hui, dans les études littéraires, de relever les discours racistes et antisémites, il n’en reste pas moins que la question du sexisme et des violences sexuelles demeure à bien des égards un point aveugle. En quoi mettre en évidence le racisme contenu dans un texte littéraire serait-il moins anachronique que de pointer son sexisme ? Selon nous, il ne saurait y avoir de différence entre ces deux types de discours.

Enfin, nous précisons qu’il ne s’agit pas pour nous de faire de ces questions le fondement d’un rapport au texte mais qu’il nous semble important de clarifier ce qui nous apparaît comme un impensé des exercices littéraires académiques. Une clarification de ces enjeux au moment où les programmes sont établis aurait en particulier le mérite de permettre un enseignement plus serein de ces textes lors de la préparation à l’agrégation : certainement dans le souci de les préparer au mieux au concours de l’agrégation, plusieurs enseignant⋅e⋅s, à propos de différents textes, ont recommandé aux étudiant⋅e⋅s qui soulevaient la question de ne pas utiliser un terme aussi tranché et fort que « viol » lors de leur explication. Devant la nécessité de justifier cette position, des enseignant⋅e⋅s ont pu alors développer, sans aucun doute par manque d’anticipation de ces interrogations, un argumentaire qui reprenait sans distance des idées reçues sur le viol, particulièrement violentes pour les étudiant⋅e⋅s. Il arrive également qu’une œuvre ou un texte soit étudié en profondeur sans que le mot « viol » ne soit prononcé par l’enseignant⋅e, même lorsque cet aspect est central. C’est pourquoi une définition claire des attentes des jurys de concours nous semble importante, afin de permettre aux étudiant⋅e⋅s comme aux enseignant⋅e⋅s d’appréhender les exercices d’une manière à la fois plus précise et plus apaisée.

(1) Rappelons qu’en France 3,25% des femmes et 0,5% des hommes ont subi au moins un viol au cours de leur vie (sans même tenir compte des tentatives de viol et autres agressions sexuelles beaucoup plus répandues), dans la moitié des cas environ lorsqu’ils ou elles étaient mineur⋅e⋅s. Il est donc impossible qu’un⋅e enseignant⋅e ne soit pas régulièrement confronté⋅e en classe à des élèves victimes de violences sexuelles.

(2) Rapport de jury de l’agrégation externe de Lettres modernes Session 2016, p. 159.

(3) Rapport de Jury du Concours d’entrée à l’ENS LSH de 2004, p. 64.

(4) Notamment le sonnet 20 des Amours de Ronsard et la mention du viol de la Comtesse dans La Mère coupable de Beaumarchais.

(5) Rapport de jury de l’agrégation externe de Lettres modernes Session 2016, p. 8.

⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

Signataires :

Gautier Amiel, agrégatif (Paris-Sorbonne)
Christel Benigno, agrégative et enseignante de lettres modernes en collège
Adrien Berger, agrégatif de Lettres modernes (Lyon 2)
Jodie Lou Bessonet, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Thomas Bleton, agrégatif de Lettres (ENS de Paris)
Lou Bouhamidi, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Elodie Bouhier, agrégative de Lettres Classiques (ENS de Lyon)
Marion Cabrol, agrégative de Lettres modernes (Lyon 2)
Sandrine Carlier, agrégative Lettres modernes, enseignante
Amelie Chastagner, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Dominique Colas-Auffret, agrégative de Lettres modernes, enseignante au lycée Saint-Vincent à Rennes
Zoé Courtois, agrégative en Lettres modernes (Lyon 2)
Sara Cusset, agrégative de Lettres classiques (ENS de Lyon)
Sarah-Anaïs Crevier Goulet, agrégative en Lettres modernes (Nanterre), professeur certifiée et docteure en Littérature française
Roxane Darlot-Harel, agrégative de Lettres modernes (ENS de Paris)
Lise Desceul, agrégative, enseignante, doctorante en littérature comparée (Paris-Diderot, Université de Bourgogne, INALCO)
Claire Deyme, agrégative de Lettres (ENS de Paris)
Pauline Dubois Dahl, agrégative (Paris IV)
Julie Dubonnet, agrégative de Lettres classiques
Lucie Duvialard, agrégative de Lettres (ENS de Paris)
Manon Favrie, agrégative de Lettres modernes (Lyon 2)
Cécilia Fernandes, agrégative de Lettres modernes (Lyon 2)
Adèle Fouchier, agrégative de Lettres modernes (Paris III)
Marie Friess, agrégative de Lettres (ENS de Paris)
Julie Galizia, agrégative de Lettres Modernes (Strasbourg)
Cindy Gervolino, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Anna Gombin, agrégative de lettres modernes (Université Paris 7 – Denis Diderot)
Valentine Goubet, agrégative de Lettres Modernes (Paris IV)
Sacha Grangean, agrégatif de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Sarah Johns, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Sarah Kapétanović, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Clémence Large, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Victoria Lassort, agrégative de Lettres modernes (Paris Nanterre)
Clara Lerousseau, agrégative (Paris-Diderot)
Anna Levy, agrégative de Lettres modernes (Paris-Diderot)
Léa Loriot, agrégative de Lettres modernes (Paris IV)
Alexandra Michieletto, agrégative de Lettres Modernes, enseignante
Anna Montiel, agrégative de Lettres Classiques (Bordeaux Montaigne)
Lina Oukherfellah, agrégative de Lettres modernes (Paris IV)
Manon Palma, agrégative externe de Lettres modernes (Université de Pau)
Clara Pividori, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Melanie Rabier, agrégative de Lettres modernes (Université de Grenoble), enseignante
Clara de Raigniac, agrégative de Lettres modernes (Paris III)
Julie Raiola, agrégative et enseignante
Jeanne Ravaute, agrégative de Lettres classiques (ENS de Lyon)
Hélène Rivière, agrégative de Lettres modernes (ENS de Paris)
Madeleine Savart, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Xavier Schmidt, agrégatif de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Mariane Schouler, agrégative, enseignante
Lola Sinoimeri, agrégative de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Matthias Soubise, agrégatif de Lettres modernes (ENS de Lyon)
Malo Vannet, professeur certifié et agrégatif de Lettres Classiques (Paris IV)

Cette demande est soutenue par :

Les Salopettes (Association féministe de l’ENS de Lyon) ;

Lucy Michel (ATER à l’ENS de Lyon, enseignante pour la préparation de l’agrégation), Cyril Vettorato (Maître de conférence en littérature comparée à l’ENS de Lyon, enseignant pour la préparation de l’agrégation), Michèle Rosellini (ex-préparatrice d’agrégation, pendant 20 ans à l’ENS de Lyon, aujourd’hui à la retraite pour l’enseignement, mais poursuivant ses recherches en littérature française du XVIIe siècle), Marine Roussillon (MCF à l’université d’Artois, préparatrice pour l’agrégation interne), Hélène Martinelli (MCF littérature comparée, ENS de Lyon), Jean-Christophe Abramovici (Professeur des Universités, Paris-Sorbonne, préparateur du programme sur Chénier), Claude Millet (Professeure à l’Université Paris-Diderot), Florence Lotterie (préparatrice du programme Chénier à Paris-Diderot et ENS Paris), Marik Froidefond (MCF à l’Université Paris Diderot, enseignante pour la préparation de l’agrégation) ;

Anne-Claire Marpeau (agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature comparée, ENS de Lyon), Anne Grand d’Esnon (agrégée de Lettres modernes, élève de l’ENS de Lyon), Maxime Triquenaux (agrégé de Lettres modernes, doctorant en littérature française, Lyon 2), Katia Ouriachi (agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature comparée, Paris IV), Chloé Dubost (M2 Lettres modernes, ENS de Lyon), Jean-Marc Baud (agrégé de Lettres modernes, doctorant en littérature française, ENS de Lyon), Laurent Trèves (professeur agrégé d’anglais en CPGE), Corto Le Perron (agrégé d’histoire, ENS de Lyon), Estel Nkhaly (étudiante en Lettres, ENS de Lyon), Marie Lécuyer (agrégée d’histoire, élève de l’ENS de Lyon), Ingrid Reppel (agrégée de Lettres modernes, ancienne élève de l’ENS de Lyon, enseignante au lycée René-Cassin à Gonesse), Audrey Harel (Professeure d’anglais, Université de Nantes), Stella Barcet-Simonpaoli (élève de classe préparatoire à l’Atelier de Sèvres, diplômée de Lettres classiques à la Sorbonne), Camille Bellenger (agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature médiévale, Paris IV), Manon Bienvenu-Crélot (agrégée d’allemand, élève de l’ENS de Lyon), Nathalie De Biasi (agrégée d’anglais, enseignante au lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin), Norbert Danysz (étudiant en chinois, ENS de Lyon), Élise Naceur (agrégative en anglais, ENS de Lyon), Julie Haag (agrégée de lettres classiques, enseignante en lycée), Victor Frayssinhes (agrégé d’Anglais, élève à l’ENS de Lyon), Cécile Perrin (agrégée d’espagnol, élève à l’ENS de Lyon), Lucas Serol (agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature comparée, Université de Strasbourg), Elise Haessig (étudiante en Lettres Modernes, ENS de Lyon), Louis Autin (agrégé de lettres classiques, doctorant en lettres classiques, ATER à l’Université de Strasbourg), Carine Goutaland (professeure agrégée de Lettres modernes, INSA de LYON), Andréa Leri (ENS de Lyon), Adele Aissi Guyon (M1 Lettres modernes, ENS de Lyon), Laurent Lescane (agrégé de lettres modernes, enseignant au lycée Simone de Beauvoir, Garges-lès-Gonesse), Elsa Veret (agrégée de lettres modernes, doctorante à l’université Paris IV), Marine Lambolez (étudiante en sciences sociales à l’ENS de Lyon), Magali Georgeon (Lettres modernes, enseignante au collège Gay Lussac, Colombes), Zoé Perrier (étudiante en Lettres modernes, ENS de Lyon), Pauline Clochec (doctorante et ATER en philosophie à l’ENS de Lyon), Emmanuelle Morel (agrégée de grammaire, doctorante en lettres classiques, Lyon 2), Paul Carbain (ancien étudiant en Lettres à l’ENS de Lyon), Leïla Cherfaoui (agrégée de lettres modernes), Ophélie Lopez (Lettres modernes, enseignante en collège et lycée, ancienne agrégative), Melanie Slaviero (agrégée de lettres modernes, enseignante en lycée), Fanny Cardin (agrégée de Lettres modernes, doctorante en Lettres et cinéma, Université Paris VII Diderot), Jessika Vezian (certifiée, enseignante en lettres modernes, académie de Grenoble), Marceau Levin (agrégé de lettres modernes, enseignant en lycée), Sylvie Khalifa, Pauline Franchini (agrégée de lettres modernes, doctorante en littérature comparée, Université de Bourgogne), Audrey Guerba (agrégée de Lettres modernes, collège Les Servizières, Meyzieu), Yohann Trouslard (étudiant en sciences sociales à l’ENS de Lyon), Antoine Rousseau (étudiant en Histoire contemporaine à l’ENS de Lyon), Anastasia Amiot (enseignante de Lettres modernes en collège et lycée), Sophie Clair (étudiante en géographie, ENS de Lyon), Camille Tidjditi (agrégée de Lettres modernes, ENS de Lyon), Alexia Dedieu (agrégée de Lettres Classiques, doctorante à l’Université Grenoble Alpes), Sophie Soula (agrégée de Lettres Classiques, enseignante en collège), Véronique Cazaux Clairis (enseignante de Lettres modernes et philosophie, collège Charles de Gaulle), Gwendoline Hönig (agrégée de Lettres Modernes, lycée Joliot Curie), Agathe Muller (enseignante, collège Jean Zay de Lens), Raphaëlle Segond (agrégative en géographie à l’ENS de Lyon), Lorelei Giraudot (enseignante), Zoé Bonningue (agrégée de Lettres modernes, ENS de Lyon), Lou Lemoine (Master 2 de Philosophie contemporaine, ENS de Lyon), Lucie Amir (agrégée de Lettres Modernes, étudiante en M2 à l’ENS de Lyon), Véronique Rolland (enseignante), Lucie Oneda (enseignante), Laetitia Campagne (Professeure des écoles, EEPU Jules-Michelet, Cenon), Camille Brouzes (agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature médiévale, Université Grenoble Alpes), Pierre Mathieu (agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française), Fabienne Decup (professeure de Lettres classiques en CPGE), Sophie Bros (agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature française) ; Claire Karpman (agrégée de Lettres modernes, enseignante au lycée).

 

Pour signer cette lettre (agrégatifs⋅ves) ou soutenir la demande (enseignant⋅es, ancien⋅ne⋅s agrégatifs⋅ves, etc.) :

 

 

Petit guide pratique de l’écriture inclusive

Nous avons eu plusieurs demandes de ressources pour utiliser l’écriture inclusive : nous avons donc décidé de faire un petit guide avec des ressources déjà existantes, et quelques compléments.

En pratique

Comme pour tout changement d’habitudes profondément ancrées, vous pouvez y aller par étapes ou choisir une démarche plus radicale.

⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅

∇ Rang padawan : ces usages sont largement acceptés et préconisés. Ils ne surprendront pas vos interlocuteur⋅rices.

Niveau 1 : Féminisation des fonctions, titres et noms de métiers

La plupart des termes présentent déjà deux formes, à l’exception – tiens donc – des fonctions les plus valorisées et les moins féminisées. Il n’y aucune raison de ne pas féminiser ces formes, donc on dit, sauf indication contraire de l’intéressée : une chercheuse, une professeureune maire, Madame la Présidente.

Il y aura des hésitations sur des termes pouvant être potentiellement pris comme épicènes, à condition d’utiliser un article féminin : par exemple une maître de conférence ou une maîtresse de conférence (mais on continue bien de dire maîtresse pour une professeure des écoles, ce qui pose une difficulté) ; ou bien une chef ou une cheffe.

Niveau 2 : Remplacement des termes « universels » masculins

Remplacez « de l’homme » par « humain ». D’autres cas similaires peuvent se présenter. Vous pouvez également substituer un mot épicène à un masculin pluriel pour désigner un groupe, ou dédoubler l’expression pour éviter d’utiliser le masculin comme « neutre » : les membres de … , les personnes …, les étudiantes et les étudiants par exemple.

⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅

∇∇ Rang chevalier⋅ère jediVous accédez au rang supérieur. Ces pratiques d’écriture sont moins courantes mais commencent à se diffuser largement, ce qui vous permettra d’être compris⋅e même dans des environnements non-militants (correspondance universitaire, communication associative, …). Elles relèvent d’une différence marquée et visible face à l’orthographe classique.

Niveau 3 : Le truc avec le point au milieu là

L’essentiel à retenir, c’est que ce n’est pas une science orthographe exacte : choisissez ce qui vous plaît et vous semble le plus clair. Vous pouvez utiliser des conventions différentes en fonction des personnes à qui vous vous adressez, du contexte, du support… C’est tout à fait normal :

Celle qu’on oublie tout de suiteles parenthèses. Sauf si vous voulez que votre texte ressemble à un formulaire administratif.

Les plus simples si vous débutezles points ou les tirets.

La plus militantela majuscule. Elle est assez rarement utilisée en-dehors de milieux militants féministes et LGBTQI+ plutôt radicaux.

La plus discrètele point médian. Beaucoup plus mainstream que la majuscule, il a l’avantage d’être discret et de se fondre assez bien dans le mot sans arrêter la lecture (contrairement au point) et sans trop l’allonger (contrairement au tiret).

Deux usages coexistent en ce qui concerne les points, les tirets et les points médians pour le pluriel : certain⋅e⋅s mettent bien la marque du féminin entre les signes, tandis que certain⋅es autres allègent en enchaînent la marque du féminin et celle du pluriel.

Si un mot présente un féminin et un masculin qui ne se distinguent pas que par un -e ou consonne redoublée + -e (les lycéen⋅nesles nul⋅les), cela devient un peu plus incertain et moins parfaitement rigoureux. Vous serez relativement libres en la matière : la barre oblique offre la solution la plus grammaticalement logique, mais l’usage du point médian tend à se diffuser pour alléger les formes. Ainsi, pour les noms en -teur, on trouvera souvent auteur/trice, mais aussi auteur⋅triceauteur⋅rice ou auteurice, ou même auteur⋅e en concurrence avec autrice utilisé seul. Dans d’autres cas où une seule consonne change avant le -e, la modification sera plus discrète, rendant le point médian (ou tout autre signe) plus fluide, comme pour les sportif⋅ves ou encore les chercheur⋅ses (mais on trouvera aussi chercheur⋅es). Si cette solution heurte votre sens logique, vous pouvez écrire les sportifs/ves ou les chercheurs/euses.

Niveau 4 : Pronoms et déterminants simples

Une fois que vous savez féminiser noms et adjectifs, il faudra accorder vos déterminants et pronoms de la même façon : Bonjour à tou⋅te⋅sun⋅e étudiant⋅e, etc.

Vous allez rapidement vous apercevoir que l’article défini au singulier est très agaçant : vous pouvez choisir une forme comme le⋅lale⋅a ou læ. Vous pouvez aussi choisir de dédoubler l’expression pour simplifier : le⋅a lecteur⋅rice ou bien le lecteur ou la lectrice.

⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅ ⋅

∇∇∇ Rang maître⋅sse jedi : vous accédez au rang ultime. Ces usages sont plus rares, très marqués et sont plutôt réservés à des contextes précis actuellement (environnements militants, ouvrages spécialisés, …). Il est possible que votre interlocuteur⋅rice ne connaisse pas du tout ces conventions.

Niveau 5 : Pronoms et déterminants plus rares

Ils surprennent au début, mais sont relativement faciles à utiliser : ce sont essentiellement celleux, elleux, iel ou illes / ielles / iels qui vont remplacer celles et ceux, elles et euxil ou/et elleils ou/et elles à partir du moment où vous vous plongez dans le bain de l’écriture inclusive.

Niveau 6 : Accords majoritaires et de proximité

Ces deux propositions grammaticales consistent à réactualiser d’anciennes pratiques d’accord pour ne plus pratiquer la règle – idéologique – « le masculin l’emporte sur le féminin ». L’accord majoritaire consiste à accorder en fonction du genre le plus représenté dans les termes relatifs, tandis que l’accorde de proximité consiste à accorder avec le mot le plus proche – souvent le dernier mot d’une série.

Niveau 7 : Grammaires queer

L’écriture inclusive telle qu’elle est majoritairement pratiquée actuellement pose un problème d’invisibilisation des personnes qui ne s’identifient pas comme « homme » ou « femme » – on parle habituellement de personnes non-binaires – et consiste plus largement à reconduire la bicatégorisation des personnes par le genre.

Les milieux militants trans, intersexes ou queer ont développé des alternatives qui vont être plus ou moins proches de l’écriture inclusive féministe classique : la forme avec majuscule (militantEs), qui ne marque pas de dédoublement, pourra ainsi être utilisée. Des formes neutres et/ou inclusives sont également développées par soudure des marques de flexion (comme auteurice), par l’utilisation d’une marque de flexion inédite (par exemple -ae au lieu de -é/-ée), ou encore en masquant la marque de flexion habituelle par une astérisque.

Les formes avec point médian ou les pronoms iel / illes / ielles sont également utilisées à la fois en grammaire féministe classique et en grammaire queer : alors qu’elles marquent l’addition ou l’alternative en emploi générique dans un cas, elles seront souvent utilisées en emploi spécifique et au singulier dans l’autre (« iel est arrivé⋅e », « je suis content⋅e »). Là encore, il existe cependant beaucoup plus de pronoms, et il est d’usage de demander à une personne celui qu’elle préfère utiliser.

F.A.Q.

Puis-je utiliser l’écriture inclusive dans mon mémoire ?

Oui. Nous vous conseillons tout de même d’en parler à votre directeur⋅rice.

Mais je ne trouve pas le point médian !

Ce n’est pas toujours simple, car cela dépend des claviers. On vous propose d’essayer un peu toutes les possibilités ci-dessous et de voir si il y a en une qui marche :

  • Sur GNU/Linux : AltGr + × (du pavé numérique) ou AltGr + ⇧ Maj + . ou encore AltGr + :
  • Sur Mac OS X : Alt + ⇧ maj + F
  • Sur Windows : Alt+0183  ou Alt + 00B7

Si ça ne marche toujours pas, le plus simple est de créer un bon vieux raccourci clavier. Nous avons fait un petit tutoriel.

Comment je fais à l’oral ?

La pratique la plus commune consiste à dédoubler l’expression : les étudiant⋅es devient les étudiantes et les étudiants. Si vous lisez un texte écrit en écriture inclusive à l’oral, vous allez sûrement faire sauter quelques traits en ne dédoublant que le nom dans le groupe verbal – ce n’est pas bien grave.

Vous pouvez cependant adopter d’autres usages à l’oral, comme marquer une légère pause avant de faire sonner le ⋅e. Comme noté précédemment, la lecture dédoublée des formes en ⋅e pose un problème d’invisibilisation des personnes non-binaires : certaines formes présentes dans les usages queer se prêtent bien, voire mieux au langage oral puisqu’il n’existe qu’une seule forme (auteurice par exemple, les pronoms iel ou toustes, l’article lae…), d’autres formes sont plus difficilement prononçables.

Si vous parlez à un public majoritairement composé de femmes, vous pouvez aussi tout féminiser, pour éviter de dédoubler le terme employé (Est-ce que toutes les étudiantes sont arrivées ? dans des filières fortement féminisées par exemple). Cependant, cela peut être problématique lorsque vous utilisez un terme de façon générique, en associant par exemple une profession considérée comme féminine au féminin en langue : il semble ainsi préférable de dire : je cherche une ou un sage-femme, une infirmière ou un infirmier, une assistante ou un assistant maternel.

Globalement, faites ce qui vous semble le plus simple.

Est-ce qu’il n’y a que des arguments stupides contre l’écriture inclusive ?

Sur le site de l’Académie française, oui. En revanche, le constat d’un langage binaire, sexiste et androcentré, motivé idéologiquement, ne conduit pas forcément aux mêmes solutions : le genre dans la langue reste quelque chose de très rigide, de sorte que les solutions proposées sont en général toujours imparfaites.

Est-ce que les féministes vont me taper si je n’utilise pas l’écriture inclusive ?

Non. En revanche, insister pour utiliser un titre non-féminisé, surtout lorsqu’une personne vous dit préférer la forme féminisée vous exposera à des manifestations d’hostilité légitimes. De la même façon, refuser d’utiliser les pronoms indiqués par une personne pour la désigner est un comportement transphobe que ne justifient ni la défense de la langue française ni votre propre flemme de vous adapter.

Est-ce que je dois regarder la chronique de Raphaël Enthoven sur l’écriture inclusive avant de l’utiliser ?

Non, épargnez-vous cela.

Réflexions et travaux sur l’écriture inclusive

Sur le blog Genre !, « Féminisation de la langue : quelques réflexions théoriques et pratiques »

Sur le blog Dessins sans Gluten, la même mais en BD : « Féminisation du langage et écriture inclusive »

Une interview de Yannick Chevalier sur Rue89,  « Six arguments pour inclure les femmes dans votre langage »

La synthèse faite par Mathieu Arbogast pour l’INED sur l’utilisation de l’écriture inclusive dans la recherche (à envoyer à votre directeur⋅rice s’iel est réticent⋅e à ce que vous l’utilisiez, ça fait une bonne caution scientifique) : « La rédaction non-sexiste et inclusive dans la recherche : enjeux et modalités pratiques »

Le « Guide pour une communication publique sans stéréotypes de sexe » du Haut Conseil à l’Egalité reprend des enjeux plus larges, qui concernent également les expressions utilisées ou les choix visuels de communication (utile pour les associations étudiantes).

 

 

 

Quelques éléments de réflexion sur la non-mixité féministe

Lors de notre assemblée générale le 14 septembre 2017, nous avons débattu, avant d’élire un nouveau bureau, de la mixité ou de la non-mixité de ce bureau. Nos statuts n’imposent pas la non-mixité du bureau, mais celle-ci peut être débattue chaque année par les adhérent⋅es, en fonction des personnes présentes, des objectifs de l’association, de son organisation ou des problèmes rencontrés. Le consensus n’ayant pu être atteint, la non-mixité du bureau pour l’année 2017-2018 a été votée par 18 votes pour, 3 abstentions et 2 votes contre ; les 8 hommes cisgenres adhérents de notre association et présents à l’assemblée générale n’ont pas pris part au vote. Notre association demeure par ailleurs mixte, et les hommes cisgenres pourront régulièrement prendre part à l’organisation des actions et au travail associatif, comme tou⋅te⋅s les adhérent⋅es.

Pour poursuivre ces discussions et approfondir cette question, nous vous proposons quelques lectures :

1. Sur le principe et la pratique de la non-mixité :

– Plusieurs billets de Christine Delphy défendent l’importance de la non-mixité dans les luttes féministes contemporaines : « La non mixité, une nécessité politique » ou « Retrouver l’élan du féminisme ».

–  « La non-mixité, un outil politique indispensable » de Rokhaya Diallo et une interview de François Vergès sur la non-mixité afroféministe, « De l’utilité de la non-mixité dans le militantisme » écrit par Caroline de Haas dans le contexte de Nuit Debout, qui revient sur les débuts d’OLF

– Les synthèses de L’écho des sorcières et de Simonae sur la non-mixité féministe.

– Pour en savoir plus sur la pratique de la non-mixité féministe au début des années 70, vous pouvez lire l’article « La politique c’est la vie même » dans Le Torchon brûle (p. 22), le journal du MLF.

– L’article « La non-mixité comme métaphore » de Liliane Kandel dans Egalité entre les sexes : mixité et démocratie (en BU Diderot).

– « Les groupes de parole ou la triple concrétisation de l’utopie féministe » de Marion  Charpenel, article en ligne en accès réservé.

2. Sur la position des hommes dans les luttes féministes :

– L’article « Nos amis et nous » (1974-1975) de Christine Delphy est un texte essentiel en France malgré l’évolution importante du contexte militant.

– Le « Petit guide de dispowerment pour les hommes proféministes » de Francis Dupuis-Déri est à la fois une liste de conseils pour les hommes cis souhaitant participer aux actions militantes féministes et une problématisation des enjeux de leur participation.

– Une thèse (disponible en ligne) a été consacrée à cette question par Alban Jacquemart : « Les hommes dans les mouvements féministes français. Sociologie d’un engagement improbable »

– L’article de Léo Thiers-Vidal « De la masculinité à l’anti-masculinisme » dans Nouvelles Questions Féministes.

Rentrée 2017-2018 : on reparle du consentement

Pour imprimer et afficher cette campagne dans votre fac, école, famille ou lieu de travail, c’est ici (format A3).

Pour cette rentrée, nous avons réédité notre campagne sur le consentement, avec des nouvelles couleurs. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur le consentement, mais nous proposons ici les bases !

Exhibitions et consentement (1)

Nouveauté cette année, nous avons décidé de faire un petit point sur la pratique de la nudité festive en milieu étudiant, en partant d’une définition large de l’exhibition (la définition légale étant très restreinte). Il s’agit notamment de rappeler que le consentement n’est pas engagé que lorsqu’il y a un contact physique. Nos conseils concernent surtout les soirées étudiantes, mais ils peuvent aussi s’appliquer à l’envoi non-consenti de photos d’organes génitaux par exemple.

Si votre lieu d’étude est concerné par des pratiques rituelles d’exhibitions, vous pouvez rappeler aux personnes concernées la loi, mais aussi proposer la mise en place d’un cadre de nudité consentie : prévoir par exemple lors d’une fête ou d’une soirée des horaires où la nudité est possible, ou bien un lieu spécifique, pour que chacun⋅e puisse profiter de la fête sans être exclu⋅e de fait par une nudité imposée. Soyez également attentif⋅ve au contexte général : pour que la nudité ne soit plus une pratique très majoritairement masculine et imposée, il faut une réflexion sur le regard porté sur les corps des femmes présentes, le contenu des chants festifs (souvent très sexistes) et le respect du consentement de chacun⋅e lors des fêtes.

Exhibitions et consentement

Pétition : Pas de programme d’agrégation de Lettres sans autrice

Les Salopettes se joignent à un collectif d’enseignant⋅es, d’étudiant⋅es et de citoyen⋅nes pour vous inviter à signer la pétition suivante, désormais en ligne sur le site Change :

L’an prochain, les agrégatives et agrégatifs de lettres classiques et de lettres modernes étudieront les auteurs français suivants pour le concours externe : Chrétien de Troyes, François Rabelais, Jean Racine, André Chénier, Gustave Flaubert et Nicolas Bouvier. Les agrégatives et agrégatifs de lettres modernes travailleront en outre sur un nouveau programme de littérature comparée, « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », rassemblant Joseph Conrad, António Lobo Antunes et Claude Simon, auquel s’ajoute l’ancien programme reconduit, « Formes de l’action poétique », avec René Char, Mahmoud Darwich et Frederico García Lorca.

Douze auteurs, aucune autrice, pour la neuvième fois au cours des vingt-cinq dernières années. C’était aussi le cas en 1997, en 1998, en 1999, en 2004, en 2007, en 2008, en 2009 et en 2016. En fait, depuis 1994, les programmes d’agrégation de lettres n’ont proposé que treize autrices : Marie de France et Christine de Pizan, Marguerite de Navarre et Louise Labé, Madame de Sévigné, Madame de Staël, Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar pour les programmes de littérature française ; Nathalie Sarraute, Anna Akhmatova, Mary Shelley, Virginia Woolf et Sarah Kane pour les programmes de littérature comparée. Contre 223 auteurs (certains revenant régulièrement), que nous éviterons d’énumérer. Soit une autrice pour 17 auteurs : bref, trop peu.

Certes, les autrices sont moins nombreuses pour des raisons historiques et sociales. On dit que les femmes ont dû attendre leur émancipation au XXe siècle pour pouvoir écrire – mais pourquoi dans ce cas, y a-t-il autant d’autrices du XXe siècle dans le programme de littérature française que d’autrices du XVIe siècle ? En dépit de ces justifications, la constitution d’un canon littéraire demeure un processus politique1, auquel continue de participer le concours de l’agrégation en proposant aux agrégatives et aux agrégatifs des programmes de douze auteurs masculins, programmes censés, par leur souci de variété chronologique, générique, géographique et linguistique, leur présenter un échantillon plus ou moins représentatif de la littérature.

Les enjeux de la représentation des autrices dans les programmes d’agrégation sont pourtant nombreux : ils sont symboliques, car que retenir de ces programmes exclusivement masculins sinon que les femmes ne sont pas capables de produire des œuvres dignes d’être étudiées ? Ils concernent la recherche, l’édition et l’accessibilité de certains textes anciens (citons ceux de Christine de Pisan) ; ils ont trait à l’enseignement des œuvres dans le secondaire et dans le supérieur, puisque les œuvres au programme de l’agrégation sont souvent reprises dans des cours ultérieurs de tous niveaux. L’étude et la connaissance d’œuvres d’autrices, du contexte et des conditions dans lesquelles les femmes ont écrit au cours des siècles doit faire partie de la formation des enseignant⋅e⋅s à l’égalité de genre, et cette formation ne peut être cantonnée hors de leur discipline2.

Nous appelons l’ensemble des personnes qui jouent un rôle dans la conception et la sélection des œuvres au programme à prendre conscience de ces enjeux. Il est évident que dans d’autres disciplines, ce problème est posé lors de la conception des programmes. Ainsi pour l’agrégation d’anglais, dont le programme ne comporte que cinq œuvres de tronc commun, avec deux œuvres supplémentaires en option, s’il est arrivé qu’il n’y ait aucune autrice au cours des dix dernières années, on en compte régulièrement une, deux ou trois en tronc commun. Cela n’est pas simplement possible parce que les autrices anglophones seraient plus nombreuses, mais aussi parce qu’un travail critique de fond sur le canon a été mené dans les pays anglophones.

Nous demandons donc que la question de la représentation des autrices dans le programme d’agrégation fasse partie des préoccupations des président⋅e⋅s de jury au moment de la sélection définitive des programmes, que la nécessité de faire étudier des autrices soit explicitée auprès des concepteurs et conceptrices des programmes, et qu’une concertation ait lieu au moment où le choix des œuvres est arrêté, afin qu’il n’y ait plus de programme d’agrégation sans aucune autrice, aussi bien pour l’agrégation de lettres classiques que pour l’agrégation de lettres modernes.

Nous souhaiterions en outre qu’une autrice soit présente au moins dans l’un des deux programmes de littérature comparée pour l’agrégation de lettres modernes. Nous restons conscient⋅e⋅s de la difficulté à élaborer un programme intéressant et adapté à l’agrégation à partir de contraintes multiples, et nous considérons que les enjeux de la représentation de domaines linguistiques ou culturels moins étudiés sont également importants, mais la présence d’autrices au programme n’est pas incompatible avec cette diversité, comme l’a par exemple montré le programme « Permanence de la poésie épique au XXe siècle » (Akhmatova, Hikmet, Neruda et Césaire). Le fait de formuler cet enjeu en amont au sein de la Société Française de Littérature Générale et Comparée pourrait ainsi éviter qu’à chaque fois qu’un programme a pour objet principal les femmes, toutes les œuvres soient écrites par des hommes, comme cela était le cas pour les programmes « Poètes de l’amour » (Ovide, Pétrarque, Shakespeare et Goethe), « Comédie et héroïsme féminin » (Aristophane, Shakespeare, Molière et Goldoni) ou « Destinées féminines dans le contexte du naturalisme européen » (Zola, Hardy et Fontane).

1. Christine Planté, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique? », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 103, 2003.

Michèle Touret, « Où sont-elles ? Que font-elles ? La place des femmes dans l’histoire littéraire. Un point de vue de vingtiémiste », Fabula-LhT, n° 7, « Y a-t-il une histoire littéraire des femmes ? », avril 2010

Saba Bahar, Valérie Cossy, « Le canon en question : l’objet littéraire dans le sillage des mouvements féministes », Nouvelles Questions Féministes. vol. 22, 2003, p. 4-12.

2. Le rapport « Faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité » du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes recommande notamment de « faire de l’égalité filles-garçons une connaissance requise pour l’obtention des diplômes d’enseignant⋅e⋅s » et d’ « intégrer l’égalité filles-garçons dans les programmes des concours, tant sur le plan transversal que disciplinaire ».

Liste des premier⋅e⋅s signataires (la liste est actualisée chaque jour) :

Associations ou institutions :

Action Radicale Féministe, association féministe de l’ENS Ulm
Brigade des Actions Féministes en Faveur de l’Egalité, collectif féministe de l’université Paris-Sorbonne
– Les Salopettes, Association féministe de l’ENS de Lyon

Enseignant⋅es, étudiant⋅es et citoyen⋅nes :

Marine Achard-Martino, professeure agrégée de Lettres classiques
Bruno Aebischer, professeur agrégé, enseignant à l’Université de Franche-Comté (PRAG), préparateur à l’agrégation interne et externe (de mathématiques)
– Viviane Albenga, MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne spécialité « Métiers du livre »
Isabelle Albertini, agrégée de Lettres modernes, formatrice académique, membre du jury du Capes
– Tsandnie Alibay, étudiante en LLCER anglais
– Sarah Al-Matary, maîtresse de conférence en littérature française, université Lyon 2, agrégée de lettres modernes
Marta Álvarez, enseignante de littérature
– Audrey Alwett, autrice
– Estelle Anceau, étudiante L3 lettres modernes / anglais à Paris IV
Nella Arambasin, MCF HDR en littérature comparée, Université de Bourgogne Franche-Comté
Flora Arnoult
Léa Archimbaud, étudiante en anglais LLCE
Marc Arino, maître de conférences, Université La Réunion
Caroline d’Atabekian, professeure de français, formatrice, fondatrice de WebLettres
Carole Attuil, professeure des écoles, conseillère municipale à Vandoeuvre-lès-Nancy
Nicolas Auvray, élève de l’ENS de Lyon, agrégé de physique
– Raphaël Baptiste, blogger
– Christine Baron, enseignante, Université de Poitiers, jury d’agrégation
– Sandra Barrère, chargée de mission égalité filles-garçons au rectorat de l’académie de Bordeaux
Pascale Barthélémy, enseignant-chercheure en histoire contemporaine, ENS de Lyon
Amandine Bastié-Francioni, étudiante en psychologie interculturelle – Université Toulouse II Le Mirail.
– Maëva Bayeron
Eléonore de Beaumont, élève de l’ENS de Lyon, agrégative de lettres modernes
Camille Bellenger, élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
– Clarisse Bensaïd, professeure certifiée de Lettres Modernes
Johan Benisty, élève à la Sorbonne en L1 philosophie/sociologie
Sereine Berlottier, autrice, conservatrice de bibliothèque
Timothée Bernard
– Marion Bernard, agrégée de philosophie
– Valérie Bernatet, artiste
– Claudine Bertaux, professeure agrégée de lettres classiques
– Manon Berthier, étudiante de lettres modernes/anglais, université Paris-Sorbonne
Amandine Berton-Schmitt, Chargée de mission Egalité
– Jodie Lou Bessonnet, élève de l’ENS de Lyon, future agrégative de Lettres Modernes
Isabelle Bétemps, maîtresse de conférence en littérature française du Moyen Age, Université de Rouen, agrégée de Lettres Modernes, chargée de cours d’agrégation
– Hervé Bismuth, enseignant-chercheur en Littérature française à Dijon, préparateur à l’agrégation 2018
Charlotte Blanc, étudiante en géographie
Bruno Blanckeman, professeur de Littérature Française XXe/XXIe siècles, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, agrégé de Lettres Modernes, enseignant de cours d’agrégation, ancien président du jury du CAPES externe de Lettres
– Agnès Blesch, doctorante en littérature française, Université Paris 8, agrégée de Lettres modernes
– Domitille Blesch, étudiante en droit
Romain Bleunven, agrégatif à l’Université Paris-Sorbonne
Sandra Boehringer, maîtresse de conférences en histoire grecque (Université de Strasbourg), agrégée de Lettres classiques
– Oristelle Bonis, éditrice (Éditions iXe)
Chloé Bories, L3 étudiante en Lettres Modernes
– Odile Boubakeur, historienne de l’art, Réunion des musées nationaux, Société française d’archéologie
Yaël Boublil, professeure formatrice académique (Paris)
– Marie Lucie Bougon, professeur certifié de lettres modernes
Emilie Bouvard, conservatrice du patrimoine, agrégée de Lettres Modernes
– Ann-Lys Bourgognon, ancienne élève de l’ENS Lyon, doctorante en anglais à l’Université du Havre, agrégée d’anglais
Vincent Bordignon, journaliste, écrivain
– Alison Bottelin, professeure des écoles
– Anouk Bottero, ancienne élève de l’ENS de Lyon, doctorante à l’université Paris-Sorbonne, agrégée d’anglais
– Samuel Boury, élève de l’ENS de Lyon, agrégé de physique
Elisa Bricco, Università di Genova (Italie), professeur associé de littérature française
– Virginie Brinker, MCF Littératures francophones à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté
Sarah Brun, docteure en littérature comparée, agrégée de Lettres modernes
– Bénédicte Brandet
– Guillaume Bridet
, professeur de littérature française (université de Bourgogne-Franche-Comté), agrégé de lettres modernes, en charge du cours d’agrégation, membre du jury de l’agrégation externe de lettres modernes (2007-2011).
– Marjorie Broussin, professeure agrégée, doctorante en littérature du XVIe siècle
– Benjamin Brundu-Gonzalez, étudiant en sociologie, élève de l’ENS de Lyon
– Léa Buatois, élève de l’ENS de Lyon
– Flavia Bujor, agrégée de lettres modernes, doctorante en littérature générale et comparée (Université Rennes 2)
Valérie Cabessa, agrégée de Lettres modernes
Elsa Caboche, doctorante en littérature comparée (Université de Poitiers), ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
– Marlaine Cacouault-Bitaud, professeure émérite de sociologie
– Nicole Cadène, chercheuse en histoire
Françoise Cahen, professeure agrégée de lettres modernes
– Maria Candea, enseignante, linguiste
Marine Carcanague, agrégée d’histoire, doctorante en histoire moderne
– Noémi Carrique-Mouette, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes, doctorante, professeur de français au collège
Sandrine Caroff-Urfer, agrégée de lettres modernes, docteure en littérature française, enseignante dans le secondaire et le supérieur
– Maëlys Carré, professeure agrégée d’anglais
Thibault Catel, agrégé de Lettres modernes, docteur en littérature française, ATER à l’Université de Bourgogne
Marion Caudebec, doctorante en lettres modernes
Sophie Cellarius, professeure agrégée de Lettres Modernes
Sylvie Chaperon, agrégée d’histoire, professeure des universités
– Nicolas Chapuis, étudiant en physique à l’ENS de Paris
– Arthur Charlet, élève de l’ENS de Lyon
– Christelle Charmier, ancienne étudiante de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
Clémence Charrier, étudiante en master à l’IFP
Chloé Chaudet, agrégée de lettres modernes, docteure en littérature comparée
Yannick Chevalier, vice-président Egalité et Vie citoyenne, Lyon 2, MCF Grammaire et stylistique, agrégé de lettres modernes
– Leïla Cherfaoui, agrégative en lettres modernes
– Adèle Chevrier, élève de l’ENS de Lyon
Eleonore Chimello, enseignante certifiée dans le secondaire, agrégative.
Jean Cléder, maître de conférences en littérature comparée, université Rennes 2, agrégé de lettres modernes
Michèle Clément, professeure de littérature française, Université Lyon 2
Bruno Clément, professeur, département Littérature française et littérature francophone, Université Paris 8
– Carole Clotis, professeur de Lettres modernes, auteur
Claire Colard, agrégative de Lettres Modernes
– Marie Collins, comédienne, philologie romane à l’ULB
Ostiane Courau, agrégée de philosophie
– Zoé Courtois, agrégative de Lettres Modernes
Joanne Cot, professeure agrégée de lettres modernes
– Sarah-Anaïs Crevier Goulet
– Clémentine Daligault, étudiante en psychologie
– Marie-Charlotte Damasco, agrégative en lettres modernes
Danièle D’Antoni, agent artistique
Evelyne D’Auzac de Lamartine, professeur honoraire des Universités, agrégée d’Anglais, docteure d’état, ancien membre du jury d’agrégation
– Coralie David, docteure en Lettres modernes
Nathalie De Biasi, professeur agrégé d’anglais
– Yohann Deguin, doctorant en littérature française, agrégé de lettres modernes
Marie Delacroix, ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de russe.
Laurent Demanze, enseignant de cours d’agrégation à l’ENS de Lyon
– Christian Denker, enseignant à l’Université de Bourgogne, enseignant pour l’agrégation en Philosophie
Lucien Derainne, doctorant, agrégé de lettres modernes.
Christine Détrez, PU sociologie, ENS de Lyon
– Jeanne Devautour, élève de l’ENS de Lyon
Marianne Di Benedetto, élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
Victoire Diethelm, professeure agrégée de lettres modernes
Victoire de Dieuleveult, psychologue
Marie-Noëlle Diverchy, agrégative de Lettres Classiques
– Audrey Ducloux, agrégée de Sciences de la Vie et de la Terre
– François-Ronan Dubois, agrégé de Lettres Modernes, chercheur en littérature française et francophone, traducteur, Université de Grenoble-Alpes
– Pauline Dubois Dahl, étudiante en linguistique (Paris IV)
– Jean-Jil Duchamps
Louis Dubost, doctorant en Histoire, ancien élève de l’ENS de Lyon
– Chloé Dubost, étudiante à l’ENS, future doctorante en Arts de la scène
Sylvia Duverger, journaliste, auteure du blog Féministes en tous genres
Amandine Eliès, agrégative
– Claire Engel, metteuse en scène et comédienne
Jean-Paul Engélibert, professeur de littérature comparée (Bordeaux-Montaigne), agrégé de lettres modernes, préparateur (concours 2018).
Morgan Eschler, étudiante en philosophie à Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de lettres modernes à Paris 3 Sorbonne-Nouvelle
Cécile Especel, facilitatrice et coach agile
– Maryse Eude, libraire
– Valentine Eutrope
– Aurore Evain, historienne, metteuse en scène, autrice
– Catherine Fauche, directrice de publication de la Revue de la vie scolaire
Valérie Favre, doctorante en littérature anglophone, agrégée d’anglais
– Céline Fédou, professeure documentaliste (Lyon)
– Johanna Felter, professeure agrégée d’anglais, ancienne élève de l’ENS de Lyon
– Nicole Fernandez Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Paris
Vincent Ferré, professeur de littératures comparées, ancien membre du jury de l’agrégation externe de lettres modernes (2005-2009), Université Paris Est Créteil
– Olivier Ferret, préparateur occasionnel aux agrégations externes et internes de Lettres et de Grammaire
– Jean-Baptiste Flamin, traducteur littéraire
– Christine Fontanini,
 Professeure en Sciences de l’éducation
– Chloé Fortune, agrégative de Lettres Modernes
– Leslie-Anne Foulon
Genevieve Fraisse, directrice de recherche émérite CNRS philosophie
Pauline Franchini, ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, doctorante en littérature comparée, Université de Bourgogne Franche-Comté
– Nicolas Fréry, agrégatif de Lettres modernes
Nathalie Froloff, MCF à l’université de Tours (IUT), agrégée de Lettres modernes
Pierre-Yves Gallard, docteur en langue et littérature françaises, agrégé de Lettres modernes
– Olivier Gallet, maître de conférences en Littérature française à l’Université Paris-Sorbonne
Gwendoline Galou, pharmacien, adjointe au maire à Laval (53)
Hajer Gam
Henri Garric, professeur de littérature comparée, Université de Bourgogne France-Comté
Manon Garcia, normalienne, agrégée de philosophie, doctorante en philosophie
Adrien Gautier, élève de l’ENS de Lyon, futur agrégatif de lettres modernes
Alexandre Gefen, agrégé de lettres modernes, chercheur au CNRS
– Sophie Geoffroy, professeure des universités, spécialiste de Littérature anglophone, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université de La Réunion
Louise Gerbier
– Laurène Gervasi, agrégée de Lettres modernes, docteur en littérature française du XVIIe siècle, professeure en lycée
– Cindy Gervolino, élève de l’ENS Lyon, future agrégative de Lettres Modernes
Sarah Ghelam, étudiante en lettres
– Hala Ghosn, metteuse en scène, autrice
Laurence Giavarini, MCF à l’université de Bourgogne, responsable de la préparation aux agrégation interne et externe de Lettres modernes
Margaret Gillespie, MCF en littérature anglophone, Université de Bourgogne Franche-Comté
Marie-Chanel Gillier, voyagiste
Coline Gineste, étudiante en M2 de philosophie, éthique du soin
Florence Godeau, E.C.

Odile Goerg, professeure Histoire Université Paris Diderot, ex-membre du jury d’écrit de l’agrégation
Carine Goutaland, enseignante, INSA de Lyon, agrégée de Lettres modernes
– Anne Grand d’Esnon, élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
– Béatrice Guéna, MCF à l’Université de Bourgogne, agrégée de Lettres modernes, enseignante à l’agrégation et membre du jury
– Chantal Guérinot, professeur des écoles
– Anaïs Guilet, MCF en Lettres modernes et en SIC, Université Savoie-Mont Blanc
Geneviève Guilpain, Professeure de philosophie, formatrice à l’ESPE de Créteil-UPEC
Charlotte Guiot, agrégative de lettres modernnes
– Bernard Gwladys, Maîtresse de conférences en histoire ancienne, université de Paris 8
Tina Harpin, maîtresse de conférence en littérature comparée, Université de Guyane, agrégée de Lettres modernes
Jean Hartleyb, sociologue, enseignant en écoles de communication
Megan Hughes, étudiante en lettres à l’ENS de Lyon
Katia Huynh, agrégative de Lettres modernes
Anne-Charlotte Husson, ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
Delphine Imbert, professeure agrégée de lettres modernes
– Nina Iseni, étudiante en LLCE Anglais
– Louis-Pascal Jacquemons, inspecteur d’académie, agrégé d’Histoire, enseignant à Sciences Po Paris (préparation à l’Agrégation Externe d’Histoire)
– Jean-Louis Jeannelle, professeur à l’université de Rouen, agrégé de lettres modernes
Olivia Jerkovic, agrégative
Caroline Jouneau-Sion, professeure d’histoire-géographie
– Morgane Kalfa, agrégative de Lettres modernes
– Laura Kasprzak, étudiante en Lettres
Layla Kiefel, élève de l’ENS de Lyon, agrégative d’allemand
– Margaux Knittel, comédienne
Aurélie Knüfer, maître de conférences en philosophie à l’Université Paul-Valéry (Montpellier)
Louise Krauth, professeure certifiée de Lettres Modernes
Anne Kreis, traductrice
Charlotte Lacoste, MCF en Langue et Littérature françaises (Université de Lorraine), agrégée de Lettres modernes
– Jean-Michel Lacour, agrégé
– Augustin Laëthier, agrégatif de lettres modernes à Paris IV
– Blanche-Flore Laizé
Karine Lambert, MCF (Nice), agrégée
Marine Lambolez, étudiante en éducation à l’ENS de Lyon
– Apostolos Lampropoulos, professeur de littérature comparée, Université Bordeaux Montaigne
Nadège Landon, doctorante en littérature française, agrégée de lettres modernes
Beate Langenbruch, Maîtresse de conférences en Littérature française (Moyen Âge) à l’ENS de Lyon, préparatrice dans la formation d’agrégation, docteure et agrégée de Lettres Modernes
Corinne Laquieze, libraire
– Anne Larue, Professeure de littérature comparée, agrégée de lettres et ayant formé des agrégé⋅es
– Marion Lata, doctorante en littérature comparée (Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle), ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de lettres modernes
– Laurie Laufer, professeure à Paris Diderot
Lucie Launay, étudiante en lettres modernes à Paris IV
Célia Le Blainvaux, agrégative à Paris Sorbonne
– Justine Le Floc’h, agrégée de lettres modernes
Richard Legay, doctorant en Histoire contemporaine
– Marie Le Guern-Herry, agrégative en allemand
Nadine Le Meur, MCF en langue et littérature grecques à l’ENS de Lyon, préparatrice à l’agrégation de Lettres Classiques
– Valérie Le Meur, enseignante féministe
– Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, professeure de littérature française, Université de Picardie, agrégée de lettres modernes
Sylviane Leoni, PR littérature française, Université Bourgogne Franche-Comté, agrégée et enseignante de cours d’agrégation
Corto Le Perron, agrégatif d’histoire, ENS de Lyon
Florine Leplâtre, agrégée de lettres modernes
– Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig, maître de conférences, Langue et littérature françaises du Moyen Age, Université de La Réunion
Irène Le Roy Ladurie, doctorante en littérature comparée à l’Université de Bourgogne, agrégée de lettres modernes
Corinne Le Sergent, agrégée de lettres classiques
Evelyne Lloze, professeure de littératures françaises et francophones du XXe, agrégée de Lettres, Université Jean Monnet, Saint-Etienne
Gaëlle Loisel, MCF en littérature comparée, Université Clermont Auvergne
Florence Lotterie, PR littérature 18e siècle, Paris-Diderot, préparatrice d’agrégation un an sur deux
– Éric Lysøe, professeur de littérature comparée à l’Université Clermont-Auvergne
Christopher Madec, élève de l’ENS de Lyon, agrégatif en sciences physiques
Valérie Magdelaine, maîtresse de conférences en littérature française et littératures francophones, Université de La Réunion, agrégée de Lettres modernes
Fanny Margras, agrégative de lettres modernes
Florence Maheas, retraitée de la fonction publique, citoyenne engagée
Mathilde de Maistre, ancienne élève de l’ENS de Lyon, professeure agrégée de Lettres modernes
– Sirine Majdi-Vichot, élève de l’ENS de Lyon
Jérémie Majorel, maître de conférences en Lettres modernes à l’Université Lumière Lyon 2
Fanny Maillet, étudiante en Histoire de l’Art & Sociologie.
Delphine Maître, agrégative
– Macha Matalaev, agrégative à l’université Paris-Sorbonne
– Sarah Mallah, normalienne (lettres modernes)
Lola Marcault-Derouard, agrégative de lettres modernes
– Anna-Livia Marchaison, agrégative de Lettres Modernes, Université Paris Diderot-Paris 7
– Héléna Marienské, professeure agrégée de Lettres Modernes, romancière
Anne-Claire Marpeau, doctorante de Littérature comparée, ENS Lyon/UBC Vancouver, agrégée de lettres modernes
– Élise Martin, étudiante en géographie à l’ENS de Lyon, future agrégative de géographie
– Anaïs Martin, doctorante en anthropologie à l’EHESS Marseille, diplômée de Sciences Po Aix
Charles Mathé-Dumaine
Pierre Mathieu, agrégé de lettres modernes
– Estelle Mayet, professeure formatrice académique (Grenoble)
– Margaux Martin, étudiante en L3 d’histoire
Jean-Luc Martine, maître de conférences, Université de Bourgogne Franche-Comté
Judith Mayer, professeure certifiée de Lettres Modernes, enseignante en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13
– Catherine Mazauric, PR de littérature contemporaine d’expression française, agrégée de Lettres modernes, Aix-Marseille Université
– Daniel Meharg, élève de l’ENS de Lyon, agrégé d’anglais
– Denis Mellier, professeur de littérature comparée à l’université de Poitiers
Marie Mengotti, doctorante en démographie
Vincent Message, maître de conférences en littérature générale et comparée, agrégé d’allemand, Université Paris 8 Saint-Denis
– Suzel Meyer, doctorante en littérature comparée à l’Université de Strasbourg
Lucy Michel, docteure en linguistique française, agrégée de lettres modernes
Guillaume Milet, doctorant en littérature française, agrégé de lettres modernes
Catherine Milkovitch-Rioux, professeure de littérature de langue française, université Clermont Auvergne
Françoise Mingot, éditrice et auteur-compositrice-interprète, professeur agrégée en retraite
– Christine Mongenot, enseignante-chercheuse
– Chloë Montgermont, étudiante en master d’histoire, université Paris-Sorbonne
– Anna-Livia Morand, doctorante en latin, agrégée de Lettres classiques
Emmanuelle Morel, agrégée de grammaire
– Elvire Munoz
– Célimène Murielle, Professeure des écoles spécialisée
Elise Naceur, élève de l’ENS de Lyon, future agrégative d’anglais
Magali Nachtergael, maîtresse de conférences en littérature française, culture et arts contemporains, Université Paris 13, agrégée de lettres modernes
– Jean-Pierre Narboni, médecin gynécologue
– Carolina Nascimento, étudiante en science politique à l’ENS de Lyon
Catherine Nasser, formatrice, coach
– Angeline Nies-Berger, L3 LEMA
– Estelle Noukhkhaly, élève de l’ENS de Lyon, future agrégative de lettres modernes
Claire Nunn
– Norma Olivares, chargée de communication
Katia Ouriachi, ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes
– Esther Papaud, agrégée en lettres modernes, enseignante de français en collège
– Eric Paul
Anne Paupert, MCF en Langue et Littérature française (Moyen Âge) à Paris 7, enseignante de cours d’agrégation (littérature médiévale), docteure et agrégée de Lettres Modernes
Yolaine Parisot, MCF HDR littératures francophones et comparées Université Rennes 2, ancien membre du jury de l’agrégation interne (2011-2015), membre du jury de l’agrégation externe

– Marie-Dominique Parisot, certifiée de Lettres modernes et future agrégative
Blandine Pélissier, metteuse en scène, traductrice de théâtre
– Adeline Péry, agrégée de lettres classiques
Julia Peslier, MCF en littérature comparée, Université de Bourgogne Franche-Comté
Aurélia Peyrical, ancienne de l’ENS (Paris), agrégée de philosophie, doctorante contractuelle à l’université Paris-Nanterre
Diana Pham Huu, gestionnaire sinistres
– Pierre-Elie Pichot, doctorant à l’université Paris III Sorbonne Nouvelle, ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes
Malaurie Pilatte, élève de l’ENS de Lyon, agrégée d’anglais
Clara Pividori, élève de l’ENS de Lyon
Christine Planté, professeure émérite de littérature française
– Charline Pluvinet, maîtresse de conférences en littérature comparée, Université Rennes 2, agrégée de Lettres Modernes
– Françoise Poulet, MCF à l’Université Bordeaux Montaigne
– Antoine Poupon, agrégatif de lettres classiques, Université Paris-Sorbonne
Marie Portier, agrégative
Hugo Prager, doctorant en physique
– Lissell Quiroz, historienne
– Heritiana Ranaivoson, chercheur, agrégé (en économie et gestion)
– Adrien Rannaud, stagiaire postdoctoral (Université de Sherbrooke)
Jeanne Ravaute, étudiante à l’ENS de Lyon, future agrégative de Lettres Classiques
– Agnès Rees, maître de conférences en langue et littérature françaises, Université Toulouse-Jean Jaurès, enseignante pour l’agrégation de Lettres Modernes
– Matthieu Remy, enseignant-chercheur, agrégé de lettres modernes
Estelle Renaud, agrégative en biologie et géologie
Juliette Rennes, sociologue, EHESS
– Rosalie Rieffel, professeure certifiée de lettres modernes
Marie Rimelen, étudiante en droit à Sciences Po
– Marie-Isabel Rojo, artisane
– Sandrine Roskovec, Déléguée médicale
– Michèle Roubinet-Loup, Responsable d’associations pour les droits des femmes
Emmanuelle Rougé, doctorante en littérature comparée à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, agrégée de lettres classiques
– Emilie Ruch, agrégée de Lettres classiques, doctorante en Langues et littératures anciennes à l’Université de Bourgogne Franche-Comté
Lionel Ruffel, professeur de littérature générale et comparée et de création littéraire, agrégé de lettres modernes
– Jérémy Sagnier, élève de l’ENS de Lyon, agrégatif en lettres modernes
Muriel Salle, maîtresse de conférences en histoire, agrégée d’histoire
– Alix Sallê, éditrice
Melanie Slaviero, agrégative de lettres modernes
– Corinne Saminadayar-Perrin, professeure en Littérature française à l’université Paul-Valéry, Montpellier 3
Judith Sarfati Lanter, maître de conférences
– Aurore Sasportes, élève de l’ENS de Lyon, agrégative d’espagnol
– Auriane Scache, élève de l’ENS de Lyon
– Mona Scheuer-Rothan
Sylvie Schweitzer, professeure d’histoire contemporaine, Lyon 2
– Uzam Sebinwa
Lucas Serol, agrégatif de Lettres Modernes à l’ENS de Lyon
– Isabelle Severin
Elora Seyeux, agrégative de lettres modernes, Université Paris Nanterre
Hugues Sheeren, professeur de français langue étrangère, Italie
– Laureline Siguret
Bianca Silvestri, autrice
– Agnese Silvestri, professeure associée de Littérature Française à l’Université de Salerne (Italie )
– Elora Simart
– Juliette Simon, agrégative de Lettres modernes
Lola Sinoimeri, élève de l’ENS de Lyon, future agrégative de lettres modernes
– Julia Sinoimeri
Marie Six
Agathe Sobreiro
Selma Soltani, bibliothécaire, licenciée de lettres modernes Strasbourg 2
– Seynabou Sonko
Léa Sonney, agrégative, certifiée de lettres modernes
– Matthias Soubise, élève de l’ENS de Lyon, futur agrégatif de lettres modernes
Alain Sportiello, comédien.
Simon-Chloé Stawski, ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, doctorante en littérature française, Université de Bourgogne Franche-Comté
– Françoise Sylvos, Professeur des Universités, Lettres modernes, Université de La Réunion
Marina Tailpied, chargée de projets dans l’automobile, citoyenne féministe engagée
Caroline Tambareau, enseignante
Johanna Tasset, élève de l’ENS de Lyon, agrégative de lettres modernes
Diane Tenneroni, étudiante en lettres modernes/anglais à la Sorbonne
Gaëlle Théval, agrégée de Lettres Modernes, ancienne élève de l’ENS de Lyon
Marina Tomé, comédienne, autrice, metteuse en scène
Anne Tomiche, professeure de littérature comparée, Université Paris-Sorbonne, agrégée de lettres modernes, membre des jurys d’agrégation (1998-2010), enseignante de cours d’agrégation
Manuella Tort, étudiante 3e année en Soins infirmiers
Maxime Triquenaux, doctorant en littérature française, ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes
Caroline Trotot, MCF Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Vice-présidente adjointe recherche.
Annie Tschirhart, maître de conférence émérite sciences de l’Education
Aurore Turbiau, agrégative en lettres modernes
– Blanche Turck, élève à l’ENS de Lyon, M1 Lettres modernes, future agrégative
– Marguerite Valcin, élève de l’ENS de Lyon, agrégative de géographie
Christine Vallat, ex-bibliothécaire
Mireille Vallat, bibliothécaire
Cécile Van den Avenne, maîtresse de conférence en sciences du langage, ENS de Lyon, agrégée de grammaire, enseignante de cours d’agrégation (langue française)
Renée Ventresque, professeur émérite de littérature française, Montpellier III, agrégée de lettres classiques
– Maguelone Verdier, sage-femme
Thomas Veret, agrégatif de lettres modernes
Anne Verjus, directrice de recherche au CNRS
– Cyril Vettorato, maître de conférences à l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, responsable de la formation d’agrégation à l’ENS de Lyon
Eliane Viennot, professeure émérite de littérature de la Renaissance à l’Université Jean Monnet (Saint-Etienne), longtemps chargée du cours d’agrégation
Jeanne Viès
Jean Vignes, professeur de littérature française de la Renaissance, Directeur de l’UFR LAC, responsable de la préparation à l’agrégation de lettres à l’Univ. Paris Diderot, ancien membre du jury de l’interne et de l’externe de Lettres modernes
Fernanda Vilar, docteur en littérature comparée Université Paris X, ancienne lectrice de l’ENS
– Astrid Waliszek, écrivaine
Zoe Wible, élève de l’ENS de Lyon, agrégée d’anglais
Perrine Ysé Guérin, élève de l’ENS de Lyon
Marie-Jeanne Zenetti, Maîtresse de conférence en littérature française, Université Lyon 2, agrégée de Lettres modernes
Axelle Zuretti, étudiante en khâgne

Communiqué du collectif PhilosophEs

Nous relayons ici le communiqué du collectif PhilosophEs.

_____________________________________________

Le CNRS proposait cette année 5 postes de chercheurs en philosophie, littérature et sciences de l’art. À l’issue des auditions, les résultats d’admissibilité viennent d’être rendus publics : les 5 candidats classés en liste principale sont des hommes, choisis à partir d’un vivier de 224 candidat-e-s composé de 46% de femmes. 5 postes, 5 hommes.  

Parmi les sciences humaines et sociales, la philosophie a longtemps détenu le triste record du privilège masculin. Ces dernières années, nous constations que cette tendance s’inversait : le ratio femme-homme dans les recrutements se rapprochait des proportions rencontrées dans les candidatures, tant au CNRS (chargé-e-s de recherche) que dans les universités (maître-sse-s de conférences). Soulignons, en outre, qu’au CNRS la section 35 du Comité national, chargée du recrutement, comprend aussi les sciences philologiques et les sciences de l’art, où la présence féminine est traditionnellement plus élevée qu’en philosophie.

Que s’est-il donc passé en 2017 ? 46% des candidat-e-s déclaré-e-s aptes à concourir, c’est-à-dire doté-e-s des titres et travaux requis pour les concours, étaient des femmes. Le fameux « plafond de verre » a un peu commencé à s’abaisser pour la phase d’audition : 40% des candidat-e-s admis à l’audition étaient des femmes. Mais à l’issue des délibérations du jury, le verre du plafond s’est transformé en béton armé : 100% des candidats classés sur listes principales sont des hommes.

Cela faisait bien longtemps qu’on n’avait plus vu un résultat aussi affligeant au CNRS. Nous demandons donc : après plusieurs années de recrutement équilibré, les 104 candidates de 2017 ont-elles soudain failli ? Ou ont-elles déplu au jury (pour des raisons qui ont davantage trait à leur genre qu’à leurs « compétences »)?

Nous savions que les femmes étaient les principales victimes de la raréfaction des recrutements dans la recherche et l’enseignement supérieur. Au CNRS, le jury de philosophie, philologie et sciences de l’art vient d’en donner une preuve caricaturale. Nous ne pensons pas que les combats puissent se séparer, et c’est de front que nous luttons pour le développement de l’emploi scientifique des femmes et la fin du sexisme académique.

Nous, philosophes et femmes, rassemblées en collectif, avons confiance dans l’engagement du CNRS pour la parité entre femmes et hommes. Nous attendons donc que l’organisme prenne des mesures opérationnelles pour accroître le nombre de femmes dans la communauté scientifique et pour ne pas décourager les jeunes chercheuses qui souhaitent s’engager dans les carrières de recherche.

Collectif PhilosopheEs