Santé sexuelle et suivi gynécologique

Voir / télécharger notre dépliant (version Lyon)

Voir / télécharger notre dépliant (version nationale)

Contraception et suivi gynécologique

– Le suivi gynécologique (contraception, frottis, examen gynéco) peut être assuré par un∙e médecin généraliste, un∙e sage-femme ou un∙e gynécologue.

– Il n’y a pas une seule pilule, mais une variété de pilules dont la composition et le mode d’emploi varient (en cas d’oubli, il faut s’y référer) : si votre pilule provoque chez vous des désagréments, n’hésitez pas à en changer.

Si votre ordonnance n’est plus valable mais date de moins d’un an, elle peut être renouvelée par un∙e pharmacien∙ne pour une durée maximale de 6 mois.

Un examen gynécologique n’est pas nécessaire pour prescrire une pilule. Il ne peut en aucun cas être exigé.

– La pilule du lendemain, c’est la pilule de la minute : plus vite on la prend, plus elle est efficace pour prévenir une grossesse. Le mieux, c’est d’avoir toujours une contraception d’urgence dans sa trousse à pharmacie.

Elle ne protège pas des IST en cas de rapport non protégé. La contraception d’urgence répond à plusieurs types d’échec de contraception : rapport non protégé, préservatif déchiré, oubli de pilule avant ou après un rapport sexuel… Si la pilule est dans votre pharmacie, pensez à vérifier la date de péremption.

– Le DIU (« stérilet ») au cuivre ou hormonal est une contraception efficace et fiable, y compris si l’on n’a jamais eu d’enfant.

Plus d’informations sur les différents modes de  contraception sur le site  Choisir sa contraception.

Protection et dépistage

– Le frottis permet un dépistage précoce du cancer du col de l’utérus. Il est recommandé de faire un frottis tous les 3 ans, après 2 frottis normaux à un an d’intervalle, à partir de 25 ans.

– Un bon réflexe : faire un test de dépistage pour les principales infections sexuellement transmissibles (IST), soit en laboratoire après prescription par un∙e médecin, soit gratuitement et anonymement dans un centre de dépistage.

Hôpital Herriot, bâtiment K (CeGIDD), métro D – Grange Blanche. Lundi, mercredi, jeudi, vendredi  (8h30­16h) ; mardi (8h30 à 12h).

Hôpital de la Croix­-Rousse (CeGIDD), métro C – Hénon. Lundi (9h­-19h30), mardi (10h30­-18h), mercredi (9h30-­17h), jeudi (12h­-19h30), vendredi (9h­-14h et 16h30-­19h30).

– Les infections sexuellement transmissibles se transmettent aussi lors de rapports oraux ou anaux : il est nécessaire de se protéger. Seuls les préservatifs (internes ou externes) et les digues dentaires protègent des IST.

– Différentes sources d’information existent : information générale sur les IST, la brochure Tomber la culotte pour les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes (FSF), ou le site Sexosafe pour les hommes ayant des relations avec des hommes (HSH).

Hygiène et douleurs

– Pour prévenir les infections urinaires : ­ uriner si possible après des rapports sexuels ; ­ se laver les mains avant de toucher une vulve ; ­ ne jamais passer directement d’un anus à une vulve (se laver à nouveau les mains, changer de préservatif, nettoyer un objet, …).

– Pour les règles, cherchez le confort : tampons, serviettes jetables, coupe menstruelle, serviettes lavables…

Plus d’informations sur la coupe menstruelle sur le site easycup.

– Avoir très mal pendant ses règles ou mal lors de rapports sexuels, ce n’est pas normal ! N’hésitez pas à en parler avec un∙e soignant∙e bienveillant∙e ou en milieu associatif.

– Si vous prenez une contraception hormonale, vous pouvez également espacer vos règles en enchaînant plusieurs plaquettes (ou patchs / anneaux), en faisant de préférence une pause de 7 jours tous les 3 mois environ, et en cas de léger saignement.

Plus d’informations sur le vaginisme et les diverses dyspareunies sur le site de l’association Les Clés de Vénus, et sur l’endométriose sur le site Endofrance.

IVG

– Si vous souhaitez interrompre une grossesse non désirée, prenez rendez­-vous le plus vite possible avec un∙e soignant∙e (médecin généraliste, sage-­femme, gynécologue, centre de planification, Planning familial, centre d’orthogénie…) pour établir une demande d’IVG. Vous pourrez ensuite demander un délai de réflexion (non­-obligatoire) ou changer d’avis à tout moment.

– Qu’un∙e soignant∙e pratique ou non des  IVG, qu’il/elle approuve ou non l’IVG, vous devez repartir avec une attestation de consultation, une ordonnance pour une échographie, et  avoir reçu une information adaptée.

– Certain∙e∙s soignant∙e∙s peuvent pratiquer des IVG médicamenteuses en cabinet de ville (jusqu’à 7 semaines après les dernières règles).

– Si vous vous trouvez hors des délais légaux en France (14 semaines après les dernières règles), des associations peuvent vous orienter vers des établissements médicaux à l’étranger.

Renseignez-­vous auprès du Planning Familial (04 78 89 50 61) ou auprès d’un centre de planification familiale (liste des centres de planification sur le site du Grand Lyon).

– Certains sites consacrés à l’IVG relaient des informations peu fiables et culpabilisantes. Utilisez de préférence le site gouvernemental, et le numéro vert : 0800 08 11 11 (du lundi au samedi, 9h­ 22h).

Une liste de soignant⋅e⋅s participative sur Lyon

Cette liste a été élaborée à partir du site Gyn&co et d’adresses données par des membres de l’ENS. Vous pouvez commenter le document si vous avez plus d’informations sur un⋅e soignant⋅e, ou nous proposer d’autres noms en nous écrivant (les.salopettes@yahoo.fr ou en MP sur notre page facebook).

Liste des soignant⋅e⋅s

affiche-gc3a9lule-entier11

Quelques rappels complémentaires sur le suivi gynécologique :

– Le/la soignant⋅e doit recueillir votre consentement éclairé avant tout acte médical.

– La stérilisation volontaire (contraception définitive) est ouverte à toute personne majeure en France, avec un délai de réflexion de quatre mois, qu’elle ait eu ou non des enfants. Si pour différentes raisons, la stérilisation volontaire peut ne pas être la méthode contraceptive la plus efficace avant 30 ans, elle n’est certainement pas interdite. Un⋅e soignant⋅e qui vous dit que cette contraception est réservée aux femmes qui ont déjà eu des enfants vous donne de fausses informations (intentionnellement ou non).

– D’une manière générale, un⋅e soignant⋅e n’a pas à formuler de jugements sur vos pratiques sexuelles, sur votre physique, sur votre poids, sur votre identité sexuelle, sur votre orientation sexuelle, ou sur vos choix d’avoir ou non des enfants et de vouloir ou non des enfants.

Publicités